L’école de la passion créative

image en-tête blog

Pixel Challenge : une game jam à Montréal vécue par Florian Geslin et Tiphaine Hardy (e-artsup promo 2020)

retour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_02.jpgActuellement en 1re année du Bachelor Game Design au sein du campus nantais, Florian Geslin et Tiphaine Hardy (e-artsup promo 2020) ont eu la chance de pouvoir participer à l’édition 2018 du Pixel Challenge, la plus importante game jam du Canada, organisée à Montréal du 5 au 7 avril. Florian revient sur cette première expérience gaming à l’international.

retour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_01.jpg

Florian (à gauche), Tiphaine (à droite) et leur équipe !

Pourquoi avoir voulu intégrer le Bachelor Game Design d’e-artsup ?
Florian Geslin : L’univers du jeu m’a toujours attiré. Petit, j’amusais déjà à créer mes propres jeux de cartes et de société avec des morceaux de carton. C’est pour faire de cette passion un métier que j’ai choisi de rejoindre e-artsup, mais aussi pour étancher ma curiosité, le programme Bachelor permettant d’aborder énormément de domaines différents, du dessin au son en passant par le game design ou la programmation. D’ailleurs, les intervenants du Bachelor Game Design étant tous des professionnels, cela nous permet d’apprendre beaucoup de choses tout en nouant de précieux contacts. C’est vraiment une formation très complète et intéressante.

Comment Tiphaine et toi vous êtes-vous retrouvés à partir pour Montréal ?
L’opportunité vient justement de l’un de nos intervenants qui fait partie de l’association nantaise Atlangames ! En février, ce dernier a envoyé à notre promotion un mail expliquant qu’il restait une place pour rejoindre l’équipe de l’association lors du Pixel Challenge… qui allait débuter dans quasiment un mois ! J’ai tenté ma chance, soutenu par mes amis et ma famille, et j’ai finalement été sélectionné. Au départ, il ne devait y avoir qu’un seul étudiant par école, mais finalement, nous avons pu être deux représentants d’e-artsup Nantes.

retour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_03.jpgEn quoi consistait ce Pixel Challenge ?
Il s’agissait d’une game jam en équipes demandant aux participants de créer en 48 h un prototype jouable de jeu vidéo sur un thème donné et gardé secret jusqu’au début de l’événement. Le but est ainsi de passer par toutes les étapes de création en deux jours afin de sortir un jeu propre, capable de divertir le public et de potentiellement devenir un « vrai » jeu plus tard. L’autre avantage d’une game jam est de permettre d’acquérir de l’expérience et de s’essayer à des jeux pas forcément calibrés pour une réussite commerciale.

Avec qui faisais-tu équipe ?
Au sein de l’équipe Atlangames, Tiphaine et moi étions avec trois autres personnes que nous ne connaissions pas à la base : Mathis Rousselot et Nicolas Graveleau, étudiants à Epitech Rennes et Nantes, et Baptiste Guerin, un étudiant venu d’une école de design que j’avais cependant déjà croisé lors d’une autre game jam à Nantes.

retour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_04.jpgÀ quoi ressemblait votre jeu ?
Notre équipe étant assez jeune – certains prenaient part à leur toute première game jam -, nous avons passé beaucoup de temps avant de définir le style de notre jeu pour coller au mieux au thème donné, « la tempête parfaite ». Nous ne voulions pas partir sur une tempête au sens propre : nous étions davantage intéressés par l’idée d’un concept plus imagé, original. Après pas mal de tergiversations, nous sommes finalement tombés d’accord sur le fait de réaliser un puzzle game en représentant cette « tempête parfaite » à travers la neige grisonnante présente sur les téléviseurs lorsque le signal est perdu. C’est ce qui donne le prototype Snowcrash que l’on peut télécharger !

Au final, que retiens-tu de cette expérience montréalaise ?
D’abord, cela m’a permis de rencontrer Nicolas, Mathis et Baptiste, avec qui j’ai gardé contact, mais aussi plusieurs professionnels. Ensuite, participer à une game jam est forcément bénéfique pour apprendre à travailler en équipe et à mieux s’organiser !

retour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_05.jpgretour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_06.jpgretour_pixel_challenge_2018_canada_montral_etudiants_bachelor_game_design_campus_e-artsup_nantes_07.jpg