L’école de la passion créative

image en-tête blog

Découvrez Pataki, le Grand Projet de fin d’études de Clémence Poitras (promo 2019)


Le design s’intéresse à tous les domaines, y compris à la gastronomie. C’est ce que prouve Clémence Poitras (e-artsup promo 2019), étudiante en 5e année de la filière Design Interactif, avec son Grand Projet de fin d’études. Nommé Pataki, ce dernier correspond à une box culinaire qui apprend à ses utilisateurs comment composer des recettes selon une forme de cuisine bien particulière : la cuisine note à note.



Qu’est-ce que la cuisine note à note ?

Clémence Poitras : Il s’agit d’une cuisine émergente. Son principe est simple : composer une recette de cuisine comme l’on compose une partition de musique. On part d’éléments fractionnés – des denrées sèches – que l’on recompose ensuite pour faire un plat ressemblant à l’alimentation traditionnelle d’aujourd’hui, pas à de la nourriture lyophilisée. Le but de la box culinaire Pataki est justement de pouvoir expliquer aux gens comment ils peuvent changer leur mode de consommation pour gaspiller moins et permettre au plus grand nombre de mieux se nourrir dans le futur.

Pourquoi avoir décidé de te lancer dans ce projet ?

C’est en me renseignant justement sur des solutions permettant de lutter contre la sous-nutrition et la faim dans le monde que j’ai découvert la cuisine note à note, via un article de Vice. Le sujet m’a rapidement passionnée, notamment grâce au discours et la vision de son créateur, le physico-chimiste Hervé This. L’idée m’est alors venue d’imaginer un projet pour changer les habitudes… ce qui n’est pas une mince affaire en France où la place de la nourriture reste très importante. D’où l’envie de surfer sur la tendance des box. J’ai alors travaillé pour développer une identité visuelle cohérente avec le projet. Il fallait un design à la fois extrêmement crédible et plutôt doux afin d’inciter également les familles à tester le produit. L’école m’a été d’une aide précieuse car, grâce à elle, j’ai pu nourrir mon projet de discussions avec de nombreuses personnes sensibles à cette thématique.

Pataki va-t-il être bientôt disponible ?

J’y travaille ! Pour cela, j’ai d’ailleurs déjà rencontré Hervé This. Pour l’instant, Pataki est un peu en avance sur son temps car, comme pour toute nouvelle tendance culinaire, il va falloir d’abord attendre que la haute cuisine s’y intéresse avant de pouvoir toucher plus facilement le grand public. Je continue donc d’avancer et peux notamment compter sur Michael Pontif, mon parrain sur Pataki, qui n’est autre que le directeur de la société Iqemusu et la personne qui réalise les notes gustatives utilisées dans la cuisine note à note. Nous avons prévu de nous revoir dans les mois prochains, pour suivre l’évolution de nos projets respectifs et s’enrichir mutuellement du regard de l’autre !

Découvrez le mémoire de Clémence sur le lien suivant !