L’école de la passion créative

image en-tête blog

Ça s'est passé cette année

Retour sur les grands événements de l'année

A e-artsup il n’y a pas d’un côté l’école et de l’autre côté le monde professionnel car les deux sont imbriqués et nécessairement complémentaires. Tout au long de l’année et sur tous les campus les cours et les projets réels se côtoient. Voici quelques exemples d’événements professionnels qui se sont déroulés en 2013-14.

Les grands projets de la promo 2016

Le 30 juin 2016, le grand public était invité à venir découvrir les 86 Grands Projets des étudiants de 5e année d'e-artsup. Retour en vidéo sur cette fête de l'innovation, du graphisme et de l'audace !

Les grands projets de la promo 2015

Les 25 et 26 juin 2015, les 5es années d'e-artsup ont présenté leurs Grands Projets au grand public et aux professionnels. Audacieux, créatifs, esthétiques, innovants, rafraîchissants..., les qualificatifs ne manquaient pas pour décrire la soixantaine de projets de fin d'études mettant à l'honneur les quatre filières de l'école : Design et Communication Graphique, Design Interactif, Game Design et Motion Design.

Journée Agences Ouvertes 2014 : une affiche 100 % e-artsup !

>Affiche Agences ouvertes réalisées par les étudiants e-artsup

Deux étudiants d'e-artsup Paris ont signé le design de l'affiche de la journée Agences Ouvertes 2014.

Organisée chaque année par l'Association des Agences-Conseils en Communication (AACC) la journée Agences Ouvertes a pour but de promouvoir et valoriser les métiers de la communication auprès du grand public grâce à des actions souvent originales : happenings, conférences, projections ou encore expositions sont aux programme.
Comme chaque année un concours à été organisé pour la création de l'affiche de cette journée. C'est la création de deux étudiants de l'école, Hugo Chevalier et Dimitri Girard qui a été retenue. Il s'agit d'un joli clin d'œil à aux fameuses « Campbell's Soup Cans » immortalisées par l'un des pères du pop art, Andy Warhol

e-artsup et l'ESME Sudria ont créé un FabLab

Au FabLab, on peut presque tout faire : imprimante 3D, modélisation etc.
Les futurs ingénieurs et designer associent leurs compétences pour inventer le monde de demain.

Le but est de croiser les compétences et les disciplines. Début 2014 un workshop était proposé sur la thématique du chiffre 13. Si plusieurs projets se sont distingués par leur audace (13 Livres, Lucky Lock, Thirteen, 13 Box), c'est la BoomBox, un projet d'enceinte à 13 faces sur le principe du tube résonateur, qui a fait grand bruit grâce à l'implication des étudiants de l'ESME Sudria et de Valentine Leroy (promo 2018), Marie Coadou (promo 2017) et Martin Meurin (promo 2016) d'e-artsup.

Avec le FabLab les étudiants d'e-artsup apprennent la rigueur et la faisabilité grâce aux futurs ingénieurs, quand les étudiants de l'ESME Sudria deviennent plus créatifs.
Le FabLab proposent des projets innovants : la seule limite et celle que se fixe les étudiants !

 

e-artsup à bord de l'Orient Express

Du 4 avril au 31 août 2014 l'Institut du Monde Arabe, en partenariat avec la SNCF, accueillait plus de 800 000 visiteurs pour l'exposition « Il était une fois l'Orient Express »

Le site de l'exposition a été entièrement pensé, créé et développé par 35 étudiants de 4e année en design et communication d'e-artsup. IL retranscrit à merveille l'histoire, la culture et le folklore qui entourent ce train de légende.

Exposition de l'IMA et la SNCF : il était une fois l'Orient-express

Exposition de l'IMA et la SNCF : il était une fois l'Orient-express

Exposition de l'IMA et la SNCF : il était une fois l'Orient-express

Exposition de l'IMA et la SNCF : il était une fois l'Orient-express

Les partenaires et les étudiants ont été ravis de vivre cette expérience créative :

Yannis Koïkas,

Responsable médiation numérique de l’IMA :

« On s’est rencontré avec Nicolas Becqueret, directeur d’e-artsup, et on a décidé de travailler sur l’exposition "Il était une fois l’orient express" Les étudiants et se sont montrés dynamiques et enthousiastes, tout comme l’équipe pédagogique. Je pense qu’on peut dire qu’il s’agit d’une belle réussite accomplie en un temps record. Nous avons de nombreux retours positifs sur la qualité du travail réalisé. Ce n’est que le début d’une belle aventure entre e-artsup et l’IMA. »

Guillaume Canet,

(e-artsup promo 2015), l’un des rédacteurs de la page Facebook du journal de bord de Jules Fradet.

« C’était sans doute le moment le plus intense de l’année et une expérience très enrichissante : travailler sur un projet concret, qui est apprécié et commenté par de très nombreuses personnes, c’est super intéressant ! C’est d’autant plus un plaisir de revenir à cette exposition qu’il y a un réel souci du détail dans sa conception : les cigarettes qui fument, les tables qui tremblent… Moi qui ai l’habitude d’aller à de nombreuses expositions sur Paris, je trouve qu’elle vaut vraiment le coup d’être visitée. »

Cité de nombreuse fois par les experts du web comme un des meilleurs sites de l’année 2014, il a été consulté par près de 150 000 visiteurs. Un beau succès pour les étudiants !

 

L'œuvre de quatre étudiants d'e-artsup illumine Montréal

Distinguée lors d'un concours organisé en l'honneur du 100e anniversaire de la naissance du maître de l'animation Norman McLaren, l'œuvre de quatre étudiants d'e-artsup a illuminé Montréal : : ce film intitulé Co Existence à été projeté durant plusieurs moins sur la façade du Collège d'enseignement général et professionnel du Vieux Montréal.

une oeuvre des étudiants e-artsup, exposé à Montréal

Lena Babadjian, Malik Benaouda, Yann Favre et Léo Viossat (e-artsup promo 2015)

 étudiants de e-artsup à l'origine de co-existence

Les quatre étudiants d'e-artsup à l'origine de Co Existence

Hommage à l'un des premiers motion designer de l'histoire. Ce concours proposait aux artistes de réaliser un mapping vidéo pour célébrer le 100e anniversaire de la naissance du célèbre animateur Norman McLaren. « Ce qui nous a peut-être différenciés des autres participants, c'est qu'on s'est tout de suite attachés à un concept très précis, explique Lena. Il fallait rendre hommage à McLaren, l'un des premiers motion designers de l'histoire, mais cet hommage ne devait pas seulement être graphique : nous nous sommes donc concentrés sur le lien que McLaren affectionnait entre le son et l'image.

Nous sommes partis de son film Sphères, d'où ces formes mises en scène dans notre film ». En plus d'une dotation de 5 000 dollars, leur film a été projeté chaque soir pendant deux mois sur la façade du Collège d'enseignement général et professionnel du Vieux Montréal !

 

27 étudiants d'e-artsup étaient à HEC pour la chaire Digital Innovation for Business

Du 22 avril au 6 juin 2014, 27 étudiants d'e-artsup travaillaient avec d'autres étudiants issus des plus grandes écoles (HEC, Epitech et SUP'Internet) dans le cadre de la chaire Digital Innovation for Business (DIB). Entièrement dispensée en anglais, cette formation leur a offert un approfondissement de leurs connaissances en marketing digital et en stratégie de développement par la création et l'innovation.

« Cette expérience est riche et inoubliable pour les créatifs, explique Nicolas Becqueret, directeur d'e-artsup. Le DIB permet justement de se rendre compte concrètement, par la pratique et la rencontre avec les plus grands professionnels dans la plus grande école de commerce de France, que les projets d'aujourd'hui n'aboutissent plus sans les designers. Ainsi, cette formation permet une véritable prise de conscience de la place qu'ils seront amenés à occuper dans l'économie d'aujourd'hui qui se développe grâce au numérique, dans un écosystème où l'usage et l'expérience jouent un rôle central. Leur rôle est donc primordial ! »

 étudiants de e-artsup à HEC pour la chaire Digital Innovation for Business

Répartis en équipes multi-écoles et coachés par des business mentors, les étudiants ont cette année eu accès à un programme fait de trois modules successifs aussi relevés qu'excitants : créer un outil à destination des assistants de direction ; penser une application ou un produit pour la Freebox Révolution ; monter un copycat (soit prendre une idée déjà existante qu'on décline avec un meilleur business plan).

Un plus sur le CV doublé d'une expérience humaine enrichissante

Nicolas Pagan (e-artsup promo 2015) ressort satisfait de ces deux mois studieux. « C'était une expérience assez formidable et très enrichissante, autant pour le travail que pour le côté humain, estime-t-il. J'ai été surpris de découvrir comment se fonde une société et se réfléchissent des business plans : ce sont des notions que je ne connaissais pas du tout ! J'ai aussi eu la chance de me lier d'amitié avec les gens de l'équipe dès les premiers jours et j'ai vraiment pu comprendre les différents corps de métiers permettant de former une start-up et de répondre à des challenges e-commerce. » Autre avantage du certificat à ses yeux, la mise en avant de l'anglais. « Le pratiquer tous les jours avec beaucoup de gens m'a vraiment permis m'améliorer. »

 

e-artsup co-organisateur du premier championnat de France d’application mobile partenaire de Orange dans le cadre du podium design

A l'occasion de la première édition du Championnat de France du développement mobile co-organisé par l’AFPDM (l’Association Française pour le Développement du Mobile), Epitech et e-artsup les 23 et 24 novembre 2013, Romain Gerardin (e-artsup promotion 2017) a remporté la deuxième place du Grand Prix du design. Un prix remporté dans le cadre du podium design et décerné par Orange et e-artsup.


 Romain Gerardin, étudiant de e-artsup

Romain Gerardin et son prix

Objectif pour les participants : concevoir intelligemment des applications mobiles, dans quatre modules distincts : Android, iOS, Windows Phone et design. C'est dans cette dernière catégorie qu'a participé Romain Gerardin « pendant ces 24 heures, nous devions designer une application de réseau social à destination de développeurs ; une dizaine de créations étaient demandées : l'identité graphique de l'application en elle-même, son logo, un site Web promotionnel, une publicité mobile... Pour toute la phase de conception initiale, j'ai pris le temps de poser mes idées et croquis sur papier, chose que je n'aurais pas forcément fait si je n'avais pas intégré e-artsup, poursuit-il. Car en commençant à la main on envisage mieux les concepts, les formes, les couleurs... en fait, on crée la charte graphique. »

 

Freak Show bordelais

Le 16 avril, e-artsup Bordeaux a exposé le travail de ses étudiants autour du thème du Freak Show. L'exploration de l'univers du cirque à l'ancienne et des phénomènes de foire a été l’occasion pour les étudiants de toutes les promotions de présenter des propositions créatives surprenantes et poétiques en motion design, web design, processing, illustration et photographie.

« Le rassemblement de toutes ces productions autour d’un même thème attractif permet de rendre très concret le champ de compétences des étudiants d’e-artsup, commente Emmanuel Boutry, directeur d’e-artsup Bordeaux. Cette exposition est un véritable concentré de tous les savoirs faire développés lors du premier cycle d’études. Les professionnels invités sont à la fois enthousiastes et surpris par la créativité déployée par ces jeunes étudiants. C’est beaucoup plus qu’une simple exposition artistique, c’est surtout une incroyable démonstration de ce que des créatifs peuvent concevoir avec les médias numériques. »

L’exposition a pris place sur l'I.boat, un navire à quai sur le Bassin à flots et surtout un pôle culturel important en matière d'arts numériques et de création à Bordeaux. L'exposition a rencontré un franc succès auprès des partenaires professionnels de l'école qui ont été nombreux à embarquer pour cet étonnant voyage.